loi travail : Camille Senon refuse d’être décorée par Manuel Valls

À 93 ans, une rescapée d’Oradour-sur-Glane refuse une médaille pour protester contre la loi Travail

Camille Senon, 93 ans, a refusé d’être élevée au grade de commandeur de l’Ordre national du mérite pour soutenir les opposants à la loi Travail.

L’opposition à la loi Travail peut prendre de nombreuses formes. La CGT organise des grèves, les manifestants battent le pavé, les élus vocifèrent dans la presse… et Camille Senon, 93 ans et rescapée du massacre d’Oradour-sur-Glane, refuse une médaille.

Le 18 mai, elle reçoit une lettre du bureau du Premier ministre qui lui signifie qu’elle sera bientôt nommée au grade de commandeur de l’Ordre nationale du mérite. Or Camille Senon ne veut pas de la décoration républicaine. Deux jours après, elle renvoie un courrier à l’adresse de Manuel Valls, manifestant son refus motivé par sa farouche opposition à la loi Travail : “Pas question d’accepter une décoration venant d’un gouvernement qui ne respecte pas les salariés”, explique t-elle à France Bleu. Un extrait du contenu de sa lettre :

 “Dans le contexte actuel, il m’est impossible d’accepter de votre part cette distinction […] alors que je suis totalement solidaire des luttes menées depuis deux mois par les salariés, les jeunes, une majorité de députés et de Français contre la loi Travail que vous venez d’imposer par le 49-3 […] Accepter cette distinction aujourd’hui serait renier toute ma vie militante pour plus de justice et de solidarité, de liberté, de fraternité et de paix.”

Une vie au service de l’engagement

Déjà faite officière de la Légion d’honneur, Camille Senon fait partie de la douzaine de rescapés parmi les passagers d’un tramway qui faisait route de Limoges à Oradour-sur-Glane en ce jour tragique du 10 juin 1944. Ce jour-là, un détachement SS a rassemblé et massacré 642 habitants de ce village.

Décrite comme une “infatigable militante syndicaliste et féministe” par l’AFP, celle qui fait la nique au gouvernement à 93 ans fut secrétaire générale du Syndicat des chèques postaux et s’est illustrée aux côtés des membres dirigeants de la CGT des PTT, ancêtres de La Poste. Preuve que l’engagement en politique n’a pas d’âge, il y a deux ans, on trouvait son nom du la liste du Front de gauche lors des élections municipales, à Limoges.

http://www.konbini.com/fr/tendances-2/93-ans-refus-loi-travail/

Une rescapée du massacre d’Oradour-sur-Glane refuse d … -

Questa voce è stata pubblicata in 8 MARZO, compagnitudine e contrassegnata con , . Contrassegna il permalink.

I commenti sono chiusi.