DONNE

 

Maroc : Du viol au mariage forcé

 

Le 10 mars dernier, Amina El Filali, jeune fille de 16 ans violée, battue et contrainte d’épouser son violeur, s’est suicidée. C’est l’ultime solution dramatique qu’Amina a trouvé pour échapper au piège que lui ont tendu la loi et son violeur.

Le pouvoir misogyne a encore frappé ce 10 mars 2012, et cette fois au Maroc ! Imaginez l’horreur qu’a pu vivre Amina, depuis son viol et du destin tragique qui lui était réservé ensuite.

Dans ce village où s’est déroulée l’agression, la famille a fait appel à la justice du pays pour faire valoir l’article 475 du code pénal marocain, qui prévoit pour les violeurs, d’échapper à des poursuites et d’éviter une longue peine de prison en épousant leur victime si elle est mineure, et pour les familles, de sauver leur « honneur » et de purifier « leurs filles ».

Ainsi, le viol qu’a subi Amina n’était pas suffisant pour la justice et le dictat misogynes de ce pays ! Elle a donc été contrainte par sa famille de se soumettre au mariage forcé avec son violeur au nom de « l’honneur ». Entre les quatre murs de la maison de l’agresseur, que c’est-il passé tous les jours au sein de ce mariage forcé…. Amina n’a eu aucune autre issue que de se donner la mort pour échapper à l’horreur quotidienne.

Les mariages forcés avec leurs violeurs, il en existe tous les jours dans ces pays dirigés par des hommes, pour protéger des hommes. Comme s’il suffisait de violer une femme pour l’épouser. Au Maroc, depuis 2006, le gouvernement promet d’annuler cet article de loi et d’adopter une législation interdisant les violences faites aux femmes. Mais cela n’a toujours pas eu lieu. Des centaines de marocaines ont manifestées dans les rues ces derniers jours pour réclamer une véritable réforme, révoltées par ce nouveau drame qui les touche dans leur liberté, et pour revendiquer l’égalité une fois pour toute.

Ces lois médiévales et misogynes n’ont pas de place dans le monde civilisé. Un monde sans libération des femmes n’est pas un monde libre, et il ne le sera pas tant que ne sera pas mis fin à toutes les formes de discriminations à l’encontre des femmes. Il est temps de prendre la rue ici et partout dans le monde, de toutes nos forces et d’abolir l’apartheid sexuel du régime misogyne pour commencer et demander l’abolition de ces lois qui profitent au coupable, et non à sa victime.

 

http://communismeouvrier.wordpress.com/2012/03/23/maroc-du-viol-au-mariage-force/

 

SI E’ UCCISA FAKHRA YOUNAS PAKISTANA SFIGURATA DAL MARITO CON L’ACIDO

 

http://www.dreamsworld.it/emanuele/2007-03-19/intervista-a-younas-fakhra-maledetta-gelosia/

Questa voce è stata pubblicata in schiavitù e capitalismo e contrassegnata con . Contrassegna il permalink.

I commenti sono chiusi.